• miloriom

L’impact du COVID-19 sur l’activité des missions locales

Mis à jour : août 26



Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur l’activité des missions locales auprès des jeunes ?

Telle était la finalité de l’enquête lancée par le ministère du Travail (Dares) du 13 au 20 mai 2020 auprès de toutes les missions locales de France. Plus de la moitié d’entre elle ont répondu à cette enquête. En voici les premiers résultats.

Un contact avec les jeunes qui s’est majoritairement maintenu.

En effet, une mission locale sur deux arrive à rester en contact avec plus de 80 % des jeunes suivis, même si deux tiers des missions locales ont fermé pendant la période du confinement, le dernier tiers ayant accueilli uniquement le public en situation d’urgence.

Large maintien des parcours d’insertion entamés avant le confinement.

Seuls 8 % des missions locales ont été concernés par des interruptions de PACEA (Parcours d’Accompagnement Contractualisé vers l’Emploi et l’Autonomie), et 5 % par des interruptions de Garantie jeunes.

Forte diminution des entrées en dispositif pendant le confinement.

Près de 84 % des missions locales ne recensent aucune entrée en Garantie jeunes, et les autres en recensent moins que d’habitude.


Entrées en emploi des

jeunes pendant le confinement, surtout dans les secteurs en tension et quand le contact entre les missions locales et les entreprises a pu être maintenu.

Dans plus de neuf missions locales sur dix, des jeunes ont pu entrer en emploi depuis le 16 mars, principalement dans les secteurs en tension pendant la crise : services à la personne et à la collectivité (dans 72 % des missions locales), ainsi que dans le secteur du commerce, de la vente et de la grande distribution (63 %).


Les résultats détaillés sont consultables sur le site du ministère du Travail

4 vues